27/05/2008

60 ans d’Israël : « Chaque timbre porte une mémoire »

Les premiers timbres israéliens furent émis deux jours après la création de l’Etat d’Israël : le 16 mai 1948. Une particularité d’Israël est la présence d’une explication attachée soit à chaque timbre soit à la planche entière.

Les premiers timbres israéliens furent émis deux jours après la création de l’Etat d’Israël : le 16 mai 1948. Une particularité d’Israël est la présence d’une explication attachée soit à chaque timbre soit à la planche entière.
Pour l’anniversaire de l’Etat d’Israël, la poste a émis une nouvelle série et fait éditer un livret-souvenir intitulé « chaque timbre porte une mémoire », qui retrace ces 60 années en reproduisant une quarantaine de timbres qui illustrent thème par thème la vie en Israël : des réussites, des réalisations dans différents domaines comme celui de la qualité de la vie et de l’environnement, la paix et la sécurité, l’agriculture et l’industrie, la science, l’accueil des immigrants.
Les timbres sont souvent un travail d’art et de véritables documents d’histoire de la terre d’Israël et de sa culture. Ils constituent une riche collection de souvenirs du passé et de l’espoir pour le futur.
topinfo43La notice d’introduction précise : « A travers la documentation historique qui captive les yeux et le cœur, les timbres présentent des images, des symboles, des personnages, des événements qui ont fabriqué la vie en Israël d’un point de vue original et servent de lien vital dans la chaîne des générations ».
Les timbres servent d’ambassadeurs fidèles à travers le monde ; ils sont, de façon générale, très appréciés.
Quand vous ouvrez ce livret-souvenir, votre regard est d’abord attiré par une feuille qui se détache et qui présente une série de timbres créée à l’occasion de cet anniversaire. Le plus grand porte le nom de « Hatikva », (l’espoir) du nom de l’hymne israélien ; il a la forme d’une étoile de David. Au dos de cette feuille, l’histoire de cet hymne est rapidement retracée. Un autre timbre reprend l’image classique de l’Israélien jeune, optimiste, laïc et qui veut la paix. Ce garçon, qui porte le chapeau typique des kibboutz (qova tembel), est une figure légendaire du sabra. On le retrouve sous la forme d’un logo créé par l’artiste Eli Carmeli, qui marque toutes les festivités de ce soixantième anniversaire.
Ensuite le livret se déploie en plusieurs pages en accordéon. Chaque page retrace rapidement un sujet :

 

- L’intégration des immigrants
Les timbres représentés rappellent différentes immigrations : la première, la seconde, l’immigration des africains du Nord, de l’Allemagne, des opérations Esdras et Néhémie... On se souvient des grandes vagues d’immigration du rideau de fer, des immigrants d’Ethiopie et du Commonwealth, des Etats indépendants, des années de l’Argentine, de l’immigration française. On se souvient des immigrants de l’Est et de l’Ouest, des lits de l’Agence juive, du travail dans le pays, des villes, villages et kibboutz, de la complexité du voisinage du à l’abondance des langues différentes, des senteurs et des odeurs tellement différentes, tout ce qui a fait de « nous » des israéliens.
« Chaque timbre porte un espoir » : de tous les lieux qui forment des ponts, en vue du respect mutuel et de l’unité, pour l’absorption des immigrants, pour les habitations, les emplois, l’éducation et la créativité, pour l’anticipation et l’alya (immigration) et pour « nous » tous qui vivons ici dans un unique et joyeux melting pot.

topinfo59- L’Agriculture et l’industrie
Ces quelques timbres choisis représentent des fruits, des fleurs, la culture de l’avocat, l’irrigation, les développements industriels...
On se souvient du kibboutz, du moshav, des villages, des champs et des vergers, des poulets et des vaches..., puis sont venus la mécanisation , l’industrie, la haute technologie, les services et commerces, les développements technologiques, l’économie, la recherche... « Chaque timbre porte un espoir » : pour l’excellence, les réalisations et l’accomplissement personnel pour tout. Et pour le devenir d’Israël, une des économies des plus influentes dans le monde.

- La Science
Cette fois les timbres couvrent la recherche sur le cancer, la biotechnologie, l’institut Weizmann, le premier astronaute israélien, la recherche spatiale, les satellites de communications...
On se souvient de deux présidents scientifiques, des quatre prix Nobel, ...On se souvient de l’esprit juif qui est créatif et inventeur, des accomplissements scientifiques pour le pays, de l’investissement dans la recherche et le développement : les satellites dans l’espace, les technologies médicales, les inventions, les idées innovantes, la hi-tech, les industries diverses avec des exportations dans le monde entier. « Chaque timbre porte une mémoire » : pour l’accomplissement lointain de la vision, le futur, la science, pour la nano-technologie et la bio-technologie et la recherche aérospatiale, mais avant toute autre chose pour la protection de terre et de l’environnement.

- La paix et la sécurité
Les timbres choisis parlent tous de la paix : des dessins d’enfants évoquant la paix, de l’arche de Noé avec la colombe ramenant son brin d’olivier, du traité de paix entre Israël et la Jordanie en 1994, du processus de paix....

On se souvient des jours clandestins, où il fallait une vision et la foi, de la dévotion et du sacrifice, On se souvient encore des sièges, des convois, de l’indépendance, de la campagne sainte, du Mossad, des services généraux de la sécurité... des guerres et du terrorisme des forces du pays, de la guerre des Six jours (1967), de celle du Yom Kippour (1973), des années où nous avons été bloqués dans la boue du Liban, de Gaza (évacuation), de l’Intifada en deux étapes, toutes des choses que nous préférerions oublier mais que nous sommes obligés de nous en souvenir. « Chaque timbre porte un espoir » : pour continuer de parler, de dialoguer, du rêve que la paix arrivera, la vraie paix, la paix sur Israël et la paix sur tous les territoires.

- La qualité de la vie et l’environnement

Les timbres célèbrent le bien-être et la santé, le volontariat, et la beauté d’Israël, les droits de l’homme mais ils insistent aussi sur l’importance d’un meilleur environnement.
On se souvient du bon vieux Israël, des premiers jours de l’Etat, des années d’austérité, où nous savions faire avec peu, le boom de la construction, les tickets de nourriture... de l’héritage protégé et du pays, de la culture et des champs de fleurs, de la vie des plantes et des objets inanimés, de la sécurité économique, de la santé personnelle et du bien-être de tous les travailleurs, du volontariat, de la santé, de l’environnement, des droits de l’homme et de toutes les autres libertés, du sionisme à une sécurité tout autour... « Chaque timbre porte un espoir » : Pour une économie correcte et une politique sociale, pour le respect de l’être humain et pour le pays, pour la préservation de notre passé et pour un bon avenir, pour être ensemble et plein d’espoir...
La perspective de ce document est consensuelle car les sujets qui fâchent ont été omis. Au terme de ses fêtes de l’indépendance, on ne peut que constater une certaine morosité. L’inquiétude du lendemain est plus forte...

 

07:31 Écrit par cplh dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.