08/08/2006

Marcinelle En marge du 50e anniversaire

Calisto Peretti a réalisé le timbre du « Cazier »

Fils de mineur , l'artiste de Horrues a été chronométreur au charbonnage de Tertre. Le croquis remonte à... 1956.

 

Artiste peintre de Horrues, Calisto Peretti a été choisi par la Poste pour illustrer le timbre commémoratif de la catastrophe de Marcinelle, émis le 5 août. Le croquis retenu a été dessiné par Calisto, dans le fond de la mine... en 1956.

Le 8 août 1956, Calisto Peretti n'était pas au Bois-du-Cazier. Mais comme tous les fils d'immigrés italiens et fils de mineurs, cette catastrophe, il l'a ressentie au plus profond de son être. Plus encore parce que son père, qui avait fui les affres du fascisme dans les années 30, avait été l'un des premiers à creuser les galeries du charbonnage de Tertre. Et parce qu'il sait aujourd'hui encore la souffrance endurée par cette gueule noire paternelle. Tout comme il se souvient de l'attente horrible et quotidienne de sa mère...

 

Dans « le fond », Calisto Peretti avait toujours voulu y être. En souvenir de son père. Peu après la catastrophe du Cazier, il se lie d'amitié avec le chef de la sécurité du charbonnage de Tertre, Hector Flamme. Et s'y fera engager comme chronométreur, à 19 ans. À l'époque déjà, Calisto dessine, croque le quotidien à pleines dents. « C'était le seul moyen pour descendre, raconte-t-il. Je le voulais tellement. En tant que chronométreur, j'avais pour mission de calculer les temps de travail de tous les mineurs, pour répartir les tâches. Entre deux chronométrages, je réalisais des croquis. »

 

Calisto était loin de se douter qu'un de ces croquis illustrerait un timbre commémoratif, cinquante années plus tard. Mais sa vie a changé ce jour-là. « J'y suis resté trois ans. Le chef de la sécurité, qui s'évertuait à faire des dessins expliquant les dangers de la mine, voyant mes croquis, m'a demandé de faire des affiches. J'y descendais trois jours pour les chronométrages et ma documentation. Il me fallait ensuite trois jours pour réaliser les affiches. »

 

Calisto Peretti sera ensuite engagé à l'Association nationale pour la prévention des accidents de travail, l'Anpat. Il y restera 25 ans, y créera le service graphique et dessinera plus de 1.000 affiches, avant de s'engager sur une autre voie, celle de la peinture, dont il fait sa profession de foi humaniste, et où il ne cesse d'évoquer l'homme qui souffre, au quotidien.

 

FABRIZIO SCHIAVETTO

07:58 Écrit par cplh dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

07/08/2006

Les collectionneurs de timbres peuvent dormir tranquille

Malgré la baisse de lettres envoyées par la poste, les philatélistes n'ont rien à craindre. La Postes Canada continuera d'émettre des timbres, des beaux timbres «qui reflètent l'identité du pays pour tous les clients, collectionneurs et expéditeurs», promet Moya Green, présidente de Postes Canada.

Dans une lettre écrite le 3 mai et envoyée (par la poste ou par courriel ?) à la revue Philatélie Québec, la pdg des Postes Canada a tenu à rassurer les collectionneurs de timbres, «ce groupe de clients très spéciaux». Postes Canada a bien l'intention de demeurer «un fournisseur avant-gardiste et un chef de file dans le monde de la philatélie. Postes Canada demeurera innovatrice dans la production et la conception de timbres-poste de renommée internationale», écrit encore Mme Green.

Cependant, le nombre de timbres émis chaque année diminuera. Jusqu'à maintenant la société d'État émettait une cinquantaine de nouveaux timbres par année.

La Postes Canada n'émettra plus de timbres d'entreprises, de banques ou de quincailleries pour souligner leur anniversaire, informe Moya Green dans sa lettre à Philatélie Québec. La pdg assure que les timbres canadiens continueront d'être attrayants. On continuera, par exemple, d'émettre des timbres réalisés par gravure, plus coûteux mais plus beaux.

 

Louise Lemieux

Le Soleil

15:07 Écrit par cplh dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |