25/11/2005

TIMBRES 2006

Comme chaque année, La Poste a présenté, vendredi 18 novembre, la nouvelle collection de timbres qui seront émis en 2006.

Vingt-six séries seront éditées dans le courant de l'année 2006. Si certains timbres sont de véritables oeuvres d'art, les autres sont souvent des photo-collages reprenant ce dont la Belgique est la plus fière. Une série abordera ainsi le 175ème anniversaire de la démocratie en Belgique. Une autre sera éditée en collaboration avec la poste danoise tandis qu'une planche sera consacrée au tour cycliste d'Italie.(PRS)


10:37 Écrit par cplh | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/11/2005

Deux timbres-poste pour fêter la Garde du pape

Pour marquer le 500e anniversaire de la création de la Garde suisse pontificale, la Poste suisse et celle du Vatican émettent deux nouveaux timbres.

 Ils ont été présentés au public mardi à Emmen près de Lucerne. Mais ces timbres de collection ne seront valables que dès le 22 novembre.

La célébration du 500e anniversaire de la création de la Garde suisse pontificale déploiera tous ses fastes l'an prochain. Elle a cependant commencé l'an dernier. Et elle fait l'objet cette année de plusieurs manifestations.
Il règne une certaine confusion quant à la date exacte de l'anniversaire. Et la sortie officielle la semaine prochaine des deux timbres-poste commémoratifs émis par Berne et le Vatican ne contribue pas à clarifier les choses.
La chronologie de ce qui s'est vraiment passé, il y a 500 ans, est pourtant simple.

 

Requête solennelle 

Le 21 juin 1505, le pape Jules II adresse aux cantons confédérés d'alors (500'000 habitants) une lettre empreinte de grand respect. Il leur demande la mise à disposition de 200 fantassins pour protéger le Palais apostolique. Et par là également sa propre personne.
Adressée «Aux chers Fils des Confédérés de Haute-Alémanie», la lettre est en effet un hommage aux talents militaires des Suisses d'alors: «Nous sommes certain, écrit notamment Jules II que votre fidélité et votre science des armes répondront à Nos besoins». Avant d'ajouter: «Ce sera pour le grand bénéfice de la gloire de votre Nation que vos soldats seront préférés aux autres pour la garde de Notre Palais apostolique».

 

Réticence des cantons
Les cantons confédérés font preuve d'une certaine réticence mais l'envoyé spécial du pape parvient quand même à recruter 150 volontaires. La petite troupe entre à Rome le 22 janvier 1506 et c'est cette date qui est considérée depuis lors comme la date officielle de la création de la Garde suisse pontificale.
C'est aussi la date qui figure sur les deux timbres émis par la Suisse et par le Vatican. Mais comme cette double émission va vraisemblablement avoir du succès, notamment chez les philatélistes, les postes ont pris un peu d'avance sur le calendrier.

 

Allemand et italien
En fait, il y aura en tout quatre timbres. Deux émis par la Suisse représentant la relève de la Garde (85 centimes suisses) et un rassemblement de la Garde (1 franc suisse). Et les deux mêmes timbres émis par le Vatican (0,62 euros et 0.80 euros).
A noter que les timbres ont été conçus par un ancien soldat de la Garde suisse pontificale, le Grison Rudolf Mirer, né en 1937, et devenu entre temps un peintre à succès. Les timbres sont rédigés en allemand et en italien et pas...en latin. Car si la langue officielle du Saint Siège est bien le latin, celle de l'Etat de la Cité du Vatican est l'italien.

swisinfo, Michel Walter


07:48 Écrit par cplh | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

15/11/2005

Napoléon au Musée Wellington

Première escale dans le fief de Wellington à Waterloo, pour l'expo de Visualia.

Des cartes postales et des timbres consacrés à Napoléon en plein coeur du Musée Wellington, c'est une réalité jusqu'au mercredi 30 novembre.

«Même si certains grincent encore des dents, il est grand temps que le musée s'ouvre à l'univers napoléonien, pour ses 50 ans. Les mentalités évoluent, même le prince Napoléon a visité le Musée Wellington», précise Yves Vander Cruysen, échevin de la Culture et président des Amis du Musée.

Dans le cadre du bicentenaire de l'Empire et pour clôturer la saison touristique, le Musée waterlootois accueille l'exposition cartophilique et philatélique de l'association Visualia qui regroupe la Poste française et France Telecom. «Après avoir circulé dans l'Hexagone, c'est sa première escale en Belgique», explique le Français Alain Ripaux.

Une vingtaine de panneaux reprenant des cartes postales anciennes, des timbres, des plis philatéliques et des peintures illustrent l'épopée de Napoléon d'Ajaccio à Waterloo.

«Le rêve de l'Empereur»; «Napoléon et la garde impériale»; «Waterloo, Morne Plaine»; «La famille impériale» ou encore «Les maréchaux du premier empire», ce sont quelques-uns des thèmes illustrés.

Parmi les pièces les plus rares: un puzzle de 10 cartes postales anciennes représentant les grandes batailles, ainsi que des images d'Epinal.

Le musée en profite aussi pour faire connaître ses dernières acquisitions, comme une collection de 18 gravures offertes par John White et qui illustrent les grandes heures de l'Empire.

Jusqu'au 30 novembre, du lundi au dimanche, de 10h30 à 17h au Musée Wellington. 02/354.78.06

© La Libre Belgique 2005


11:11 Écrit par cplh | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |